Actuellement

Exposition d’icônes permanente

En l’absence d’expositions événementielles à la Galerie Bansard, vous avez toujours la possibilité de venir nous voir du lundi au vendredi de 13h à 18h pour découvrir notre exposition permanente d’icônes dans notre seconde salle. N’hésitez pas !

glorieux1

Expositions à venir

Aucun article

Aucun article en ce moment. Vous pouvez lancer une recherche sur l'ensemble de notre site.

Évènements

« Réflexions croisées » – La Famille : essor ou déclin ?

Mardi 6 novembre 2018 à 18 heures
« Réflexions croisées »
La Famille : essor ou déclin ?
débat animé par Suzanne Chambellan :

La Famille : essor ou déclin ?

Tout commence pour chacun dans le berceau de sa famille.

Source d’ÉPANOUISSEMENT ou facteur d’ÉTOUFFEMENT ? Entre le repli en vase CLOS et l’OUVERTURE au monde, recherche d’un équilibre délicat.

Le LIEN familial : entre parents et enfants, HARMONIEUX ou CONFLICTUEL ; dans la fratrie, entre COMPLICITÉ et JALOUSIE. Alors, HAINE ou VÉNÉRATION ?

La Famille DANS TOUS SES ÉTATS : traditionnelle, adoptive, monoparentale, homoparentales, recomposée, éclatée… Quand elle désagrège, qui paie les pots cassés ?

 

Les FONCTIONS de la Famille :

ÉDUCATIVE au premier chef, d’où la nécessité d’avoir le sens de ses RESPONSABILITÉS ; de TRANSMISSION de son PATRIMOINE MORAL et SPIRITUEL.

SOCIALE, car la Famille est un pilier de la société.

 

FAIRE GRANDIR un enfant dans un tissu de CONFIANCE et de TENDRESSE ! Alors « l’AMOUR devient Famille, le feu devient FOYER ». Bachelard

 

Venez nombreux ! A la Galerie Bansard 26, avenue de La Bourdonnais Paris 7

« Réflexions croisées » – La culture peut-elle nous rendre plus humains ?

penseur-rodinJeudi 18 octobre 2018 à 18 heures
« Réflexions croisées »
La culture peut-elle nous rendre plus humains ?
débat animé par Suzanne Chambellan :

LES CULTURES, chacune à sa manière, façonnent notre nature : en particulier les instincts sont régis par les mœurs et les institutions. BARRAGE possible contre la sauvagerie ?

D’un tout autre ordre est LA CULTURE  ̶  concept occidental ? Voyons de près ses composantes : connaissance des Sciences, de l’Histoire, Arts, Droit, Éthique, Croyances, Visions du monde. PATRIMOINE INTELLECTUEL, MORAL ET SPIRITUEL, qu’elle rassemble et accroît ; culture qui exige de ses adeptes un JUGEMENT personnel ; culture qui forme l’essence de LA CIVILISATION.

Y avoir accès serait donc connaître et comprendre ce qu’est L’HUMANITÉ, et acquérir la bienveillance et la bonté que l’on nomme HUMANITÉ ?

Mais hélas, on a subi LA BARBARIE DU CIVILISÉ, pire que celle du SAUVAGE, dans des horreurs où un être simple, SANS CULTURE, peut être submergé par la COMPASSION !
Summum de culture allié au summum d’INHUMANITÉ !

Face à cet échec, on serait tenté de désespérer.

Et pourtant nous gardons Foi, nous sentons bien qu’il nous faut la DIFFUSER, cette culture SALVATRICE, qui nous habite comme une MUSIQUE. coutons Shakespeare :

« L’homme qui n’a point de musique en lui-même et qui, par le concert d … est propre aux trahisons, aux complots, aux larcins. Sombres comme la nuit sont les mouvements de son âme et ténèbres sont ses affections … Défiez-vous de lui. »

 

Venez nombreux ! A la Galerie Bansard 26, avenue de La Bourdonnais Paris 7

« Réflexions croisées » – Comment résoudre un cas de conscience ?

penseur-rodinMercredi 25 mai 2018 à 18 heures
« Réflexions croisées »
Comment résoudre un cas de conscience ?
débat animé par Suzanne Chambellan :

Le cas de conscience ressortit du domaine moral.

La conscience morale dans sa forme élémentaire nous donne la distinction entre le Bien et le Mal ; on n’accomplit pas forcément le Bien, mais on en connaît clairement la direction.

Plus raffinée, la conscience scrupuleuse ne cherche pas seulement à éviter de mal faire, mais elle est arrêtée, car elle vise un bien supérieur.

Le Bien et le Mal, le Mieux et le Moins Bien, nous sommes là dans le relatif.

Mais avec le cas de conscience – faisons appel à tous les exemples vécus, directement ou indirectement – qui exige de nous le choix entre deux directions équivalentes, on est dans l’ordre de l’absolu : en présence de 2 valeurs incommensurables.

À strictement parler, le cas de conscience est insoluble, indécidable et donc tragique, car il nous faut agir.

Aucun recours possible à des critères rationnels indiscutables.

Dans cette expérience cruciale, c’est au cas par cas que chacun va opter, seul avec sa liberté, sachant qu’il trahira forcément une de ses Valeurs.